Le retentissement sur l'organisme

Le déficit en sommeil
Les conséquences des apnées obstructives sont nombreuses. En perturbant le sommeil, les apnées induisent une fatigue matinale au réveil et une somnolence diurne. Cette somnolence est responsable d'une difficulté dans l'accomplissement des tâches normales du travail, physique ou intellectuel. De nombreux assoupissements ou endormissements lors de la conduite automobile ou celle d'engins mécaniques leur sont imputés. Ces pertes de vigilance incontrôlables sont ainsi responsables d'accidents de la route ou du travail.

Lorsque les apnées sont fréquentes et importantes, comme dans le S.A.S. (plus de 5 apnées par heure), le taux d'oxygène moyen dans le sang baisse, le pouls augmente, la tension artérielle monte brutalement. Certains organes peuvent alors souffrir, particulièrement le cœur et les artères, mais aussi l'encéphale. Les réveils successifs, brutaux et stressants, ainsi que le mauvais sommeil sont des facteurs favorisant la survenue d'une hypertension artérielle. Tout bilan positif d'une hypertension artérielle incite désormais à rechercher un S.A.S.
Le retentissement sur la pression artérielle.
Des études récentes [1] confirment que le S.A.S. est responsable d'élévation de la tension artérielle.

Une forte proportion des apnéïques présentent en effet une hypertension artérielle significative. Dans leur cas, cette hypertension est souvent variable et difficile à traiter. Lorsque l'on traite le S.A.S., l'hypertension se régularise, elle devient plus facile à corriger.

Des enregistrements précis montrent en effet que chaque apnée s'accompagne d'un pic d'hypertension, d'une libération d'adrénaline dans le sang, et souvent d'une baisse du taux d'oxygène sanguin. Ces poussées hypertensives sont rythmées par les apnées. Ainsi, un patient qui présente 30 apnées par heure subit environ 210 poussées d'hypertention dans une nuit, et cela durant des années.
Le retentissement cardiaque
Sur un cœur prédisposé, l'hypoxie due aux apnées peut provoquer des troubles du rythme : tachyarythmies, extrasystoles, voire fibrillations auriculaires ou ventriculaires. Ces troubles peuvent avoir des conséquences dramatiques. Ainsi, sur des artères coronaires rétrécies, l'hypoxie peut entraîner une souffrance myocardique et un authentique infarctus. Certaines morts subites durant le sommeil sont probablement dues à de tels troubles.

S'il existe un état pathologique préexistant, en particulier des atteintes pulmonaires, une bronchite chronique ou une Broncho-Pneumopathie-Chronique-Obstructive ou B.P.C.O., l'hypoxie due aux apnées sera encore plus dangereuse et génératrice d'accidents aigus, graves, voire irréversibles.